L’iphone X est le smarphone le plus vendu

  • Au premier trimestre 2018, l’IPHONE X, sorti à l’automne dernier, était le smartphone le plus vendu au monde, avec 12,7 millions d’exemplaires vendus. L’iPhone 8 arrivait en deuxième position avec 8,5 millions de modèles. Au total, 345 millions de smartphones ont été vendus en trois mois, dans le monde.

    La firme à la pomme partage avec Samsung le top 10 sur le trimestre. L’entreprise sud-coréenne arrive à la troisième place avec son Galaxy Grand Prime Plus, un modèle d’entrée de gamme, vendu à 8,3 millions d’unités. Sur ce top 10, Apple a vendu 40,6 millions de smartphones, soit plus de 10 % du total mondial, contre 35,3 millions pour Samsung.

    Un affaissement du marché

    Ces chiffres marquent cependant un coup d’arrêt pour les deux géants. Apple a vu les ventes combinées de ses nouveaux modèles passer de 35,6 millions au premier trimestre 2017, à 21,2 millions cette année avec l’iPhone X et l’iPhone 8.

    smartphone.jpeg

    Le haut de gamme en force

    Dans le détail, le haut de gamme semble gagner les faveurs des consommateurs. Alors que le top 10 de 2017 faisait la part belle à des modèles comme l’iPhone SE ou le Galaxy Grand Prime Plus, seul ce dernier et deux autres appareils Samsung appartiennent au bas de gamme. Des chiffres qui confirment cette tendance.

     

    Lu dans les Echos

En matière d’investissements étrangers, la France est de retour!

attractivité.jpgEn matière d’investissements étrangers, la France est de retour. Après une longue période critique, elle est en train de rattraper le retard pris sur le Royaume-Uni et l’Allemagne, et recolle au peloton de tête européen.

La hausse atteint 70 % en deux ans, un mouvement beaucoup plus marqué qu’en Allemagne (+ 18 % depuis 2015) et au Royaume-Uni (+ 13 %).

Résultat, si le haut du classement européen reste inchangé, l’écart s’est nettement resserré. Le Royaume-Uni domine toujours, avec 18 % des investissements internationaux mais l’Allemagne le suit de très près, avec 17 % du total, et la France n’est plus très loin (15 %). La France est notamment revenue dans la course en ce qui concerne les sièges sociaux.

Pour la première fois, Paris est même jugée la métropole la plus attractive d’Europe, devant Londres et Berlin, selon un échantillon de 502 dirigeants internationaux sondés pour le cabinet d’audit EY en janvier.

Le phénomène tient avant tout à la nouvelle force de séduction de la France. Les réformes engagées depuis le milieu du mandat de François Hollande pour redresser la compétitivité des entreprises, puis celles lancées par Emmanuel Macron, notamment en droit du travail, ont modifié cette image. « La perception de la France comme pays d’implantation n’a jamais été aussi positive au cours des dix dernières années »

Extrait d’un article du Monde de Denis Cosnard

Les technos de la semaine

  • Bonjour à toutes et à tous, c’est avec plaisir qu’on se retrouve pour vous présenter les applications de la semaine !

    Quiz logo jeu:

    Résultat de recherche d'images pour "quiz logo jeu"

    Cette application vous propose un jeu ludique basé sur les logos de marques. En effet, vous aurez des paliers à franchir avec des logos de marques connus de tous secteurs d’activité, votre but sera de noter leur nom et ainsi de valider 1 à 1 les paliers.

    Règle:

    Résultat de recherche d'images pour "application règle"

    Cette application est tout ce qu’il y a de plus basique et pourtant, elle peut vous rendre tant de services! Le concept? avoir une règle sur vous avec vore smartphone, vous permettant d’avoir toujours la notion d’un centimètre si besoin ou de mesurer de petites choses, enjoy!

    Appmia:

    Résultat de recherche d'images pour "appmia surveiller téléphone"

    Si vous êtes un dictateur dans l’âme, cette application interdite d’utilisation en France est faite poru vous! Logiciel de surveillance, il permet de suivre à distance toutes les activités réalisées et les déplacements de vos salariés.. directement par le biais de votre téléphone. Le gérant du logiciel espion a donc accès à vos données, à vos recherches internet, à votre géolocalisation etc.

    Genius:

    Résultat de recherche d'images pour "appli genius"

    Genius est la plus grande source participative d’explications de textes et de paroles de chansons du monde. Excellent pour apprendre une langue ou comprendre un chanteur étranger, les utilisateurs ou même les artistes vont expliquer le sens des mots choisis dans une musique.

    Homestyler:

    Résultat de recherche d'images pour "application homestyler"

    Vous en avait marre de la décoration de votre foyer et vous voulez tester de nouveaux meubles, un nouveau papier peint ou du parquet pour remplacer le carlage? Homestyler est donc l’application pour vous. En effet, cette application permet de prendre une photo de chez vous et d’y implanter de façon réaliste des meubles designs et variés pour voir le rendu réel.

les technos de la semaine

  • Bonjour à toutes et à tous, c’est avec plaisir qu’on se retrouve pour vous présenter les applications Microstor connect de la semaine !

    L’enceinte Klipsch capital one:

    Résultat de recherche d'images pour "enceinte klipsch capital one"

    Bien plus qu’une enceinte au design recherché et rétro, cette enceinte portable bluetooth vous permet d’avoir un son de qualité avec notamment une puissance de 30 watts, deux haut-parleurs, et des basses étonnamment puissantes.

    L’enceinte Klipsch capital three:

    KLIPSCH The Three Noyer

    Contrairement à son homologue, cette enceinte au design vintage est fixe mais propose en contrepartie une compatibilité multiroom, a une puissance de 60 watts et donc une qualité de son remarquable!

    Nouvelle lampe ninetech:

    Résultat de recherche d'images pour "lampe ninetech"

    Ce petit bijou est tout simplement la lampe idéale pour votre bureau. Choisissez la luminosité et le type de lumières les plus adaptées pour vous, rechargez votre téléphone grâce à sa station chargeur ou son port USB, automatisez le temps d’éclairage pour une coupure autonome de la lumière etc.

    Duolingo:

    Résultat de recherche d'images pour "duolingo"

    Duolingo est une application ludique permettant de s’amuser tout en apprenant une langue. Proche de babbel dans ces fonctionnalités, duolingo s’adaptera à votre niveau et vous fera évoluer au rythme que vous aurez choisi.

    Peak:

    Résultat de recherche d'images pour "peak application"

    Cette application payante vous donne accès à de nombreux exercices pour faire travailler vos capacités mentales. Après un nombre d’exercices réalisés, l’application vous indiquera votre score par rapport à la population utilisant l’application, ainsi que votre évolution et vous permettant ainsi de suivre votre progression.

    Explore GPDR:

    Résultat de recherche d'images pour "RGPD"

    Cette application est au coeur de l’actualité avec l’entrée en vigueur de la RGPD aujourd’hui. Elle vous donne accès à l’explication globale de cette norme par le biais de textes simplifiés et résumés de la loi.

    Tattodo:

    Résultat de recherche d'images pour "tattoo do application"

    Cette application est le réseau social du tatouage. Contrairement aux autres applications d’images comme pinterest mais spécialisé dans ce domaine précis. Il est donc plus simple pour une personne voulant se faire tatouer de trouver le modèle lui convenu le plus sur cette application.

    Chatter baby:

    Résultat de recherche d'images pour "chatter baby application"

    Cette application vous permet tout naturellement de comprendre les pleurs de votre nourrisson. Véracité des résultats à vérifier, mais amusement garanti pour décompresser des longs pleurs de votre petit marmaille!

91% des chefs d’entreprise français de l’étranger estiment que l’attractivité de la France s’est améliorée grâce aux réformes d’Emmanuel Macron

f-macron-a-20170928.jpgVent d’optimisme chez les chefs d’entreprises français de l’étranger

Depuis cinq ans, les CCE, en collaboration avec Eurogroup Consulting, mesurent l’attractivité du territoire français depuis l’étranger. 2000 chefs d’entreprises répartis dans 148 pays, se sont prononcés sur ce qu’ils pensent de l’Hexagone en tant qu’investisseurs. Cette 5eme édition de l’indice se singularise par l’optimisme retrouvé des chefs d’entreprises français basés à l’étranger à l’orée de la première année d’exercice du pouvoir d’Emmanuel Macron.

Les résultats de l’étude sont, cette année, à mettre en perspective de la dernière élection présidentielle, et des premières mesures qui en ont découlé. Ainsi, le réseau CCE, a également été sondé sur son appréciation des premières mesures entreprises par Emmanuel Macron, et de leur utilité vis à vis de l’attractivité du territoire.

Le panel se révèle enthousiaste au vu de la politique menée par le nouveau gouvernement. Si la presque totalité des mesures entreprises par l’exécutif sont perçues comme positives par les chefs d’entreprise, la réforme du Code du Travail (impact positif à 88%), la baisse de l’impôt sur les sociétés et la création d’une flat tax sur les revenus financiers (78%) sont les mesures les plus populaires auprès d’eux.

Cette année on a pu assister à un véritable renversement de tendance chez les chefs d’entreprise français de l’étranger. S’ils étaient 76% à considérer que l’attractivité du territoire se dégradait en 2017, ils sont à présent 91% à penser qu’elle s’est amélioré au cours des derniers mois. Autre fait marquant, l’indice global augmente de quatre points, après une extrême stabilité à 60 sur 100 lors des quatre premières éditions.

 

« Pour redresser les exportations françaises, les PME doivent s’appuyer sur des entrepreneurs qui savent déjà vendre dans le pays visé »

export3Dans une tribune au « Monde », Etienne Vauchez, président de l’OSCI, estime que les mauvais chiffres du commerce extérieur français ne seront corrigés que si les PME françaises montent en compétences en utilisant les réseaux professionnels.

Ce que sait toute personne qui a déjà travaillé dans une ­entreprise exportatrice – et que corroborent les études académiques menées à ce sujet –, c’est que le premier facteur de succès ou d’échec d’une entreprise à l’export est la plus ou moins grande compétence qu’elle déploie dans son développement international : la qualité des équipes qu’elle y affecte, de sa stratégie internationale, de son marketing, de son service après-vente, etc. ; et ce, avant même la qualité ou le prix de son produit.

LES PME DOIVENT S’APPUYER SUR LES COMPÉTENCES D’AUTRES ENTREPRISES QUI SAVENT DÉJÀ VENDRE DANS LE PAYS VISÉ

Or, en France, on pense souvent que pour exporter davantage il suffit de projeter massivement les PME sur des salons internationaux ou dans des missions de prospection pour qu’elles réussissent à vendre toutes seules. Mais combien de PME françaises ont réellement en leur sein les compétences capables de créer la ­confiance requise pour vendre à des acheteurs coréens, indonésiens ou brésiliens ?

Comment les PME peuvent-elles ­déployer davantage de compétences dans leur prospection export alors qu’elles n’ont souvent pas les moyens d’investir dans une véritable équipe export ? Tout simplement en s’appuyant sur les compétences d’autres entreprises qui savent déjà vendre dans le pays visé : une PME allemande qui veut se développer dans un pays utilisera en priorité les services d’agents export allemands ou de ­sociétés de commerce allemandes qui y vendent déjà ; les Italiens collaborent entre exportateurs, c’est-à-dire qu’ils chercheront à trouver une autre entreprise italienne qui vend déjà sur le marché visé et pourrait les aider à y placer leurs produits. Les PME de ces pays réduisent ainsi leur temps d’apprentissage des nouveaux marchés et ont un taux de réussite plus élevé.

 Etablir des règles

Jusqu’à présent, l’Etat français a misé sur des actions de projection des PME sur les marchés export ; pour cela, il a fait confiance aux services économiques des ambassades, puis à Business France, aux régions, aux chambres de commerce. Les objectifs (nombre d’entreprises projetées, nombre de « volontaires internationaux en entreprise » placés, etc.) ont en général été atteints, mais sans véritable impact sur les exportations des PME françaises. Pire, ces différents acteurs publics sont devenus concurrents entre eux, de sorte qu’aujourd’hui le gouvernement est obligé de réorganiser le millefeuille du dispositif public.

Mais une simple réorganisation n’aura pas d’impact significatif sur les exportations françaises, car elle ­concerne des opérateurs publics qui, par nature, ne peuvent ni renforcer les compétences export au sein des ­entreprises ni accompagner ces dernières jusqu’à vendre durablement dans les pays ciblés.

 

Pour redresser les exportations françaises, il faut articuler ressources ­publiques et solutions privées, qui permettront la transformation internationale des PME françaises ; inciter ces dernières à se rapprocher d’entrepreneurs français qui savent déjà vendre dans le pays visé – agents export, responsables export à temps partagé, sociétés de commerce international, consultants animant des groupements d’exportateurs ; mieux définir ce que doit faire le dispositif public, et, en application du principe de subsidiaritéce qu’il ne doit pas faire quand l’offre privée est plus efficace (et dans ce cas, flécher les exportateurs vers cette offre) ; piloter le dispositif public selon un principe de stricte spécialisation des acteurs publics ; laisser la concurrence régir l’évolution du secteur privé, sans chercher à y créer de biais.

Une fois ces règles bien établies émergera un écosystème vraiment favorable à l’internationalisation des PME qui, alliant compétences et financements, nous permettra de réussir sur le terrain de l’exportation, à l’instar de ce qui a été fait pour l’innovation.

Etienne Vauchez est président du think tank La Fabrique de l’Exportation, président des Opérateurs spécialisés du commerce international (OSCI), fédération professionnelle des sociétés d’accompagnement de gestion export et de commerce international.

LE MONDE | 09.02.2018 à 14h00

A la Réunion, nous pourrions nous appuyer sur le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France qui font partie d’un réseau de 4500 conseillers présents dans 150 pays.